AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

★ N'oubliez pas de voter pour le forum en cliquant ici
★ RÉOUVERTURE de BTW après le grand ménage le 06.01.2012. Smiile Pleins d'avatars libérés.
★ OUVERTURE de BEFORE THE WORST le 15.10.2011

Partagez | 
 

 Sutton & Hunter; i'm not a vilain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMIN. true colors who i am?

pseudo : knight. messages : 107 avatar : Henry Cavill. crédits : Shyia inscrit depuis le : 16/10/2011
âge : 25 ans. occupation : Avocat et sapeur pompier volontaire. statut : célibataire.
« A l’amour, à la vie. Au soleil et aux filles. Je veux lever mon verre, allez, viens voir mon frère. C’est pas que le paradis n’a pas tout pour nous plaire. Mais j’ai plus chaud en enfer, entouré de mes amis. »

MessageSujet: Sutton & Hunter; i'm not a vilain.   Dim 6 Nov 2011 - 0:24


« Interdis moi de n'être qu'un objet de désir. »
sutton & hunter.

Je l'ai vu arriver sans problèmes. C'est un peu comme s'il n'y avait personne dans le magasin. J'ai préféré rester de marbre ne voulant pas montrer trop de mes sentiments; je n'avais, ne serais-ce qu'une seconde, pas la permission de penser que je pouvais quelque chose ressentir pour la jolie brune. Elle m'a vue dès qu'elle est entrée dans le starbuck. « Je commence à connaitre tes habitudes ... » Elle me regarde, perplexe. Un moment, j'ai voulu rire. Rien n'est sorti. Je l'ai invité à s'asseoir à mes côtés sachant très bien qu'il y avait énormément de chances qu'elle refuse. Mais elle s'est assise et j'ai sourit, automatiquement. Un des seuls moyens que je possédais pour que les gens évitent d'être mal à l'aise. « Grand moka blanc. J'espère que c'est le bon. » Je lui tendis son café. On prend toujours le même. Enfin, je crois ... J'ai préféré ne pas la fixer de suite, même si l'envie était plus que présente. J'aurais pu lui faire un compliment mais mon caractère de mec a rapidement pris le dessus sur cette affaire. Il fallait dès à présent mettre les choses au clair; on peut dire que les événements de la dernière fois nous ont un peu perturbé. Voir plus. « Tu sais ... Je crois qu'il faut qu'on en parle pour de bon. Premièrement, je ne te virerai pas. Tu es trop douée. » Les compliments ne sont pas dans mes habitudes. J'espère qu'elle s'en rend compte.

C'était il y a une bonne semaine. Si c'est plus, ce n'est pas beaucoup. Je nous vois encore bossé sur nos dossiers, je nous vois encore jouer à ce jeu de séduction. Depuis que je l'ai prise comme stagiaire, ce jeu était devenu normal dans notre quotidien. Un sourire coquin par ci, un " compliment " par là ... Je me souviens que ce jour là, nous sommes partis très très loin. J'en suis venu à détacher quelques boutons de ma chemise ... Et c'était déjà trop. Lorsque je l'ai embrassé, ce fut le comble. Une envie de garçon, je suppose ou ma propre envie; parce que je la voulais et que j'ai été habitué à avoir ce que je veux quand je le voulais. Sa réponse était inattendue; je m'attendais à une petite réplique piquante, me touchant en plein dans le cœur. A la place, elle s'est approchée, m'a embrassé, m'a déshabiller. J'ai fais de même et en plus, je l'ai fais avec le plus grand des plaisirs. Ce fut intense, sans limites, bourré de chaleur, de douceur. Je n'avais plus vécu ça depuis des années et j'avoue que pendant un moment, ça m'avait manqué. Pour finir, on a eu ce retour forcé à la réalité. Nos visages exprimaient à la fois notre erreur et notre satisfaction. C'était le bien et le mal qui se sont réunis. Oui, nous avons couché ensemble et le pire, c'est que j'ai aimé ça. Les évènements ne sont pas flou, j'ai juste du mal à tout remettre en place sans trop me mélanger.

Je m'étais réveillé tôt ce matin. J'avais dans l'idée, depuis hier soir, d'enfin discuter. Aujourd'hui, on est lundi. C'est donc un jour d'université pour les trois quart de la ville et un jeune qui ne passe pas au Starbuck n'est pas un jeune commun cette ville. On a tous le droit d'en profiter. Sutton y passe presque tous les matins et j'en suis sûr .... Non pas que je la suive, c'est juste mon instinct. Bref, j'avais perdu l'habitude de me lever à 9h; mes réunions sont bien plus tard maintenant et la boulot, je le fais quand je le veux. Je ne suis pas sorti hier et aucune filles n'étaient dans mon lit quand je suis parti. Un jean, une chemise et des converses après ma douche ont largement suffit pour la journée. Je suis vite parti de chez moi, je ne connaissais pas exactement les heures de ma stagiaires. Mais je suis arrivé, j'ai commandé et cinq minutes plus tard, la voici. En beauté, comme d'habitude. Les petits yeux du réveil rajoutaient une couche de naturel à cet être que je considérai presque parfait. Oui, personne n'est parfait. Aujourd'hui, c'était particulier. Mon emploi du temps, je m'en fichais. Les autres, je m'en fichais. Et tout ça à cause d'elle, tout ça pour une fille.

« Tu sais, on aura beau dire quoi que ce soit mais pourtant, ce qui est fait est fait. » J'ai levé les yeux et j'ai plongé mon regard ans le sien. On s'est souris, mutuellement et j'ai fini par dire ce qu'il fallait dire depuis un moment. « Et puis ... Je ne regrette absolument rien e ce qui s'est passé. » sauf, peut-être, le fait que je t'ai laissé partir, sans rien dire, de mon bureau la semaine dernière. Je sais qu'il fallait dire un mot, ce jour là mais que voulez-vous que je dise. Si j'avais dit quelque chose, je l'aurai regretter. Je commence à me connaitre. Je ne voulais pas lui promettre que je ferai comme si de rien n'était, comme si ce qu'on avait fait était mal. Parce que ça ne l'est pas. C'est ce que j'essaie de me dire, depuis longtemps maintenant. c'est dur d’être dans un état comme le mien. C'est comme si, d'un claquement de doigts, tout ce qui me correspondait, mon caractère, s'était envolé avec nos actes. Un vrai cauchemar.

__________________

    LOVE IS A MYSTERY.
    Et le cocher, un moucheron de petite taille, au manteau gris, qui n’est pas la moitié du petit ver rond que l’on extrait du doigt des filles flemmardes. Voici dans quelle pompe elle va nuit après nuit au galop dans la tête des amoureux, et alors ils rêvent d’amour, sur les genoux des courtisans, qui rêvent aussitôt de courbettes, sur les doigts des hommes de loi, qui rêvent aussitôt d’honoraires, sur les lèvres des dames, qui rêvent aussitôt de baisers, mais que Mab irritée afflige souvent de cloques, car leur haleine empeste les sucreries. Parfois elle galope sur les narines d’un courtisan et il rêve qu’il flaire une bonne place à briguer. R&J ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sutton & Hunter; i'm not a vilain.   Lun 7 Nov 2011 - 22:19




hunter & sutton


07h30 — Nouvelle journée qui commençait aujourd'hui et comme chaque début de semaine cela signifiait la fin du weekend et le début de cinq longs jours principalement occupés par mes cours de droit à l'université, mais aussi cinq jours durant lesquels toutes les après-midi je devrais me rendre au bureau de mon tuteur de stage avec qui j'avais récemment couché. Réveil d'autant plus difficile donc car dès que mes yeux furent suffisamment ouverts, ma première pensée fut pour lui. Non pas que je pense à lui 24h/24h … mais presque. En effet depuis que nous avions tous les deux franchis le cap du simple jeu et ainsi couchés ensemble dans son bureau je n'arrivais plus à m'enlever ce souvenir de ma tête, je n'arrivais plus à oublier le goût de ses lèvres, la douceur de sa peau et surtout le plaisir que j'avais pris en sa compagnie. C'était comme si depuis ce jour là mon corps tout entier ne vivait désormais plus que pour lui.Une sensation donc étrange et déroutante qui avait le don de me déstabiliser plus que dans n'importe quelle autre situation. C'est effrayant comme on peut du jour au lendemain éprouver ce genre de sensation là, n'avoir en tête qu'une personne en particulier, se réveiller en pensant à elle, s'endormir en pensant à elle, autant de petites choses qui font que votre vie devient une véritable torture. Comment pouvais-je aujourd'hui ressentir de tels sentiments à l'égard d'un homme. Je m'étais interdis depuis ma rupture avec Aaron de ressentir ne serait-ce qu'un sentiment d'attirance ou de rapprochement avec un homme. J'avais trop souffert pour à nouveau me laisser aller à ce genre de relations, c'est pourquoi me levant difficilement de mon lit ce matin, je me jurais à moi même que cette après-midi je mettrais les choses au clair avec Hunter, à savoir mon tuteur de stage. Je lui ferai savoir que ce qui s'est passé entre nous n'était qu'une envie passagère, un besoin que tout être humain peut ressentir à un moment ou un autre, une faiblesse passagère qui ne se reproduirait plus. Me regardant dans le miroir de la salle de bain, je soupirais bruyamment en apercevant mon reflet dans la glace lorsque j'essayais de répéter le discours que j'allais lui réciter. Pas très convaincant pour tout vous dire. Fronçant les sourcils et faisant mine d'être sérieuse je reprenais, mais en vain. Me résignant à finalement prendre une douche histoire de me mettre les idées au claires, je me faufilais sous a douche avant d'en ressortir quelques minutes plus tard. J'enfilais par la suite une tenue décontractée mais assez chaude car finit l'été et bonjour l'automne et ces températures pas très élevée. Optant ainsi pour jean slim, un T-shirt unis et une veste cintrée rendant ainsi ma tenue plutôt classe. Fin prête je quittais alors mon appartement, la tête toujours aussi emplis de questions sur comment j'allais pouvoir affronter cette nouvelle journée et surtout ma rencontre avec Hunter. Par chance j'avais toute la matinée pour pouvoir trouver une solution à ce problème.

Bien entendu une journée de Sutton Leah Whitehorse n'est jamais une journée anodine puisque quand j'arrivais à mon rendez-vous habituel au Starbucks comme tous les matins, je pus me rendre compte qu'une nouvelle fois le sort s'acharner sur moi. En effet, là devant moi se trouvait Hunter. Plus décontracté que jamais en chemise et jean, converse je n'osais pas croisé son regard et pourtant c'était déjà trop tard, puisque à peine j'étais entrée dans le café qu'automatiquement mes yeux s'étaient posés sur lui. Miséricorde puisque aussitôt il m'invita d'un geste de la main à le rejoindre et comme machinalement je m'avançais vers lui l'air de rien. M'asseyant par la suite à ses côtés j'osais à peine le regarder dans les yeux, quand soudain il prit la parole et mis ainsi le sujet tant redouté sur la table. L'écoutant attentivement, je laissais échappé rapidement un soupir de soulagement quand à sa déclaration. « Je suis d'accord sur le fait qu'on doivent parler tous les deux … puis aussi sur le fait que je sois douée … » Souriant légèrement, je remerciais la serveuse qui nous apportait nos cafés précédemment commandé par Hunter. Je me retrouvais donc maintenant face à lui, je devais me faire à l'idée que le destin voulait qu'à l'évidence nous ayons une discussion et ce dès ce matin. Le laissant ainsi prendre les choses en main, je l'écoutais à nouveau attentivement buvant chacune de ses paroles, c'est comme si qu'importe ce qu'il aurait pu me dire j'aurais acquiescé à chacun de ses mots. Me rendant compte de la bêtise de la situation, je secouais légèrement la tête et but une gorgée de mon café histoire de me remettre les idées en place avant de ne dire n'importe quoi que je pourrais regretter plus tard. « Comme tu le dis ce qui est fait et fait … et je dois t'avouer que je ne le regrette pas non plus, au contraire … » Me mordant la lèvre sur la fin de ma phrase, les images de notre ébat de la semaine dernière remontaient jusqu'à mes yeux ce qui ne m'aidait pas tellement à rester concentré je dois l'avouer. Comment pouvais-je être aussi attirée par un homme, jamais je n'avais eu autant de désir, d'attirances pour un homme que pour lui. Il était si séduisant, si charmant, un homme un vrai comme on en faisait plus beaucoup aujourd'hui. J'adore son côté viril et macho, un petit côté "bad boy" qui m'attire d'autant plus. Cherchant malgré tout à dissimuler cette attraction si puissante je me réfugier vers mon mocha blanc dont je bus une nouvelle gorgée. Trouvant ainsi suffisamment la force de croiser une nouvelle fois son regard, je pris à mon tour la parole, voulant lui montrer que de mon côté aussi j'étais assez mâture et forte pour faire comme si rien ne s'était passé … ou presque. « Après tout on a juste fait que coucher ensemble, comme deux êtres humains attirés l'un par l'autre à un moment donné … dans un moment de faiblesse dû à de multiples raisons plus ou moins évidentes … » Souriant à nouveau j'attrapais une dosette de sucre posée sur la table et en même temps effleurer sa main sans même le faire exprès. Le contact de sa peau vint alors à me donner un frisson qui parcouru tout mon corps. Une sensation agréable et déroutante qui vint à nouveau à pimenter la situation. Comment le simple contact de nos mains pouvaient me déstabiliser autant, ce n'est pas comme si je ne toucher aucun homme à longueur de temps. Tous les jours il m'arrive d'effleurer un garçon dans les couloirs de l'université ou bien d'enlacer un ami pour lui dire bonjour et bien non il était le seul à me faire cet effet là. Si j'écoutais ce que me dictait mon corps à cet instant précis je lui sauterais dessus pour m'abandonner une nouvelle fois dans ses bras, mais ce n'était pas raisonnable, ou non pas du tout. Et pourtant une nouvelle fois le destin décida de me jouer un mauvais tour. En effet, lorsqu'il but une gorgée de son café, resta alors sur sa lèvre supérieur une légère mousse de lait. Ne pouvant plus lâcher du regard cet endroit précis de son corps, sans même me contrôler je me penchais sur la table et du bout des doigts vint à l'essuyer. Le voyant faire une moue, je le regardais à nouveau tout en reprenant ma place initiale. « Quoi ?! tu aurais préféré que je te laisse te trimbaler toute la journée avec de la mousse sur la lèvre ? » riant légèrement, je ne pouvais nier l'attrait que je pouvais ressentir à son égard.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN. true colors who i am?

pseudo : knight. messages : 107 avatar : Henry Cavill. crédits : Shyia inscrit depuis le : 16/10/2011
âge : 25 ans. occupation : Avocat et sapeur pompier volontaire. statut : célibataire.
« A l’amour, à la vie. Au soleil et aux filles. Je veux lever mon verre, allez, viens voir mon frère. C’est pas que le paradis n’a pas tout pour nous plaire. Mais j’ai plus chaud en enfer, entouré de mes amis. »

MessageSujet: Re: Sutton & Hunter; i'm not a vilain.   Sam 12 Nov 2011 - 10:57


« encore, encore, encore ! »
sutton & hunter.

« On ne change pas les gagnants. » Et j'ai rigolé. J'ai flatté son égo et elle en était contente. Mais j'étais aussi content; j'ai réussi à installer une bonne atmosphère, simple et sans complication. Ce dont on avait besoin, j'ai envie de dire. J'étais parti dans l'idée de la remettre à sa place, mais sans la blessé. Parce que j'étais obligé d'admettre que je me suis attaché à Sutton. Elle aussi, devait avoir de grande chose à me dire. C'est comme si, petit à petit, le fait d'être l'un en face de l'autre a fait disparaître cette envie de régler nos compte. Comme si nos idées n'avaient jamais existé ou qu'elles s'étaient enfuies de nos tête. Un cauchemar, comme je l'ai dit. Nous sommes transformés. Et ce qui me fait le plus peur, ce sont nos natures ou une de nos natures. L'humain est créer de façon à ce qu'il s'attache aux autres, de les aimer et ensuite d'être blessé par ces même personnes. Caractère pourri qui nous gâche la vie. L'amour, l'attachement ... Ça sert à rien.

Drôle comme histoire. Ou peut-être pas. Enfin, la vie est comme elle est. et j'étais content de pouvoir discuté plus ouvertement avec Sutton sans pour autant se sauter dessus. Il était rare que je parle avec une fille. Simplement parlé ... Encore une fois, je pense que c'est une fille chanceuse. Et je pense qu'elle mérite un peu d'attention de ma part. « Plus ou moins évidente ... Tu l'a dis ma belle. » Mes yeux se sont écarquillés. J'ai pensé tout haut. Si j'avais pu, j'aurai mis ma main sur ma bouche. Signe d'un tais-toi, tu commence à trop pensé. Je l'ai fixé et elle prit cette dosette de sucre tout en me touchant. Ma main n'aurait pas dû se trouver là. Ce contact ... Magnifique. Sensation de chaleur et de douceur indescriptible. Une petite décharge me traversant le corps, je me suis dépêcher de boire la moitié du café pour me reprendre. Ma gorge me brûla quelques secondes pour avoir osé boire trop de café chaud en même temps. Bien fait pour toi, dit mon cerveau. J'ai touché des centaine de fille dans toute cette vie, mais je ne les ai jamais touchées de cette façon. Puis j'ai à nouveau bu une gorgée de mon café comme pour montrer que tout était "normal" à nouveau.

Un silence s'est installé pour qu'ensuite je la regarde se pencher vers moi. D'un petit coup de doigts, elle m'essuya la lèvre supérieur qui, d'après ce que j'ai pu sentir, était pleine d'une matière inconnue jusqu'à ce que je la voie. Je fis la moue, je ne m'y attendais pas. « Merci. Mais avoue que tu mourrais d'envie de me toucher. » Et je rigolais de plus belle. J'avais presque perdu cette habitude, celle de me mettre en valeur dès que je le pouvais.

Bref, la suite s'est trouvée bien intéressante. On s'est mis à parler encore et encore. De la pluie et du beau temps, comme on le dit. Je lui ai raconté mon histoire mais comme si je la racontais à un inconnu. Nous ne sommes pas encore au point où je révèle mes sentiments. Je me demande même si on y arrivera un jour. Puis, sans le vouloir, je suis arrivé à la petite pub que mes parents m'ont fait faire lorsque je devais avoir dix ans. J'en avais honte mais j'étais prêt à lui montrer. Et d'une certaine façon, on peut dire que c'était drôle. « Je peux m'asseoir à côté de toi ? C'est pour te montrer a vidéo ... » Puis j'ai pris ma chaise et je l'ai déplacé; le fait d'être juste à côté me faisait l'effet d'une bombe, mon cœur battait très vite. J'ai rapidement chercher la vidéo sur mon I-phone et j'ai mis l'écran de sorte à ce que Sutton puisse voir. J'ai déposé mon bras sur sa chaise tout en faisant attention de ne pas la toucher. C'est un peu comme cette technique de drague dont les adolescents se servent au cinéma. J'étais plus concentré sur la jolie brune d'à côté que sur la vidéo. La voir rire m'a fait rire aussi. J'aurais pu en profiter. J'aurais pu l'embrasser ou de nouveau jouer. Et je suis resté telle une statue, immobile, attendant les ordres. « Tu es très belle aujourd'hui. » Un compliment innocent, je le jure. Mais j'ai rapidement secoué la tête. « Qu'est-ce que tu regarde ? » Elle chipotait à quelque chose mais je n'avais aucun moyen de voir à quoi, Sutton me cachait la vue. Pas que j'ai des secrets, mais j'ai juste envie de savoir ce qu'elle fait. D'un mouvement de main, j'ai essayé de récupérer mon I-phone. Mais c'est qu'elle est obstinée ... Pas moyen de le reprendre. Mais je ne baisse pas les bras; Sutton non plus. Voilà qui est dommage. Bref, j'avais déclenché comme une petit bagarre et je dois avouer que je suis mrt de rire. Et merde ! Je suis quand même pas amoureux ?

__________________

    LOVE IS A MYSTERY.
    Et le cocher, un moucheron de petite taille, au manteau gris, qui n’est pas la moitié du petit ver rond que l’on extrait du doigt des filles flemmardes. Voici dans quelle pompe elle va nuit après nuit au galop dans la tête des amoureux, et alors ils rêvent d’amour, sur les genoux des courtisans, qui rêvent aussitôt de courbettes, sur les doigts des hommes de loi, qui rêvent aussitôt d’honoraires, sur les lèvres des dames, qui rêvent aussitôt de baisers, mais que Mab irritée afflige souvent de cloques, car leur haleine empeste les sucreries. Parfois elle galope sur les narines d’un courtisan et il rêve qu’il flaire une bonne place à briguer. R&J ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Sutton & Hunter; i'm not a vilain.   Mer 16 Nov 2011 - 23:39




hunter & sutton


Comment avais-je pu être aussi bête pour avoir couché avec mon tuteur de stage. Maintenant rien que de penser à cette scène là, qui s'était déroulait dans son bureau si ce n'est pas pour dire sur son bureau, j'ai un sentiment étrange, un mélange à la fois de honte, mais aussi de satisfaction et de désir intense. Après tout nous n'avions fait que répondre à nos désirs les plus profonds et même si ce n'était peut-être pas la meilleure des choses à faire dans cette situation là, nous n'avions pas pu nous en empêcher. L'attraction qui nous unissait était si forte qu'y résister aurait été bien trop douloureux pour l'un comme pour l'autre, bien qu'aujourd'hui la souffrance se trouvait ailleurs.

En effet, maintenant que nous nous étions abandonnés l'un à l'autre, une conséquence inattendu était venu se joindre à la partie. Le désir de recommencer encore et encore jusqu'à s'en lasser si cela était possible. Et oui, je dois avouer que cet élan charnel fut l'une de mes expériences les plus agréables que j'ai jusque là connu. Je ne parle pas que sur un plan purement sexuel, mais bien tout ce qui va avec, ce mélange de sensations, de sentiments qui font que l'acte en lui même en est d'autant plus plaisant. Et sur ce coup là, le niveau de plaisir fut à son apogée, je vous le garantis. Me trouvant alors maintenant face à l'homme qui représentait à la fois cette valeur supérieur et directive de part son statut de tuteur et d'un autre côté représentant un véritable fantasme ambulant auquel je n'avais pu résister, il serait peu de vous dire que je me trouvais alors là complètement perdu face à lui. Comment devais-agir, parler en sa présence ? Je ne me posais pas bien longtemps la question puisqu'il fut le premier pas et sembla vouloir tourner la situation de manière positive et enjouée, à mon grand bonheur. Souriant à chacun de ses mots et trouvant son attitude déconcertante, surtout la manière dont il avait remarqué que je ne buvais que du mocha blanc dans cette enseigne, cela me troublait davantage. Me concentrant alors sur ma boisson chaude, je fus malgré tout rapidement perturbée par la présence d'un peu de mousse sur la lèvre supérieur du beau brun assis juste en face de moi. Comme pour pimenter la situation qui se voulait déjà bien étrange, notamment de part l'attitude de Hunter, j'étais alors venu à m'approcher de celui-ci pour venir du bout des doigts essuyer cette matière avant de l'amener à ma bouche comme pour enfoncer le clou. Ne pouvant m'empêcher de rire à sa réplique concernant mon action, je soupirai légèrement l'air hautaine avant de le remettre à sa place. « Hum … te toucher n'était pas dans mes intentions premières à vrai dire, mais bon si tu penses ainsi je ne peux t'empêcher de croire en tes désirs les plus profonds … » Mordant légèrement ma lèvre, je tapotais du bout des doigts sur la table, comme pour essayait de me concentrer sur autre chose que sur lui. Ainsi j'essayais d'échapper à l'emprise qu'il pouvait bien avoir sur moi. Par chance la suite de notre conversation fut dès plus banales, nous en sommes même arrivés à parler de la pluie et du beau temps … comme quoi nous essayons l'un comme l'autre de paraître distant envers l'autre, alors qu'au fond nous mourrions d'envie de nous abandonner dans nos bras. Conversation tellement banale même qu'arriva un moment où Hunter m'avoua alors qu'il était enfant avoir tourné dans une pub pour je ne sais quel produit. Il semblait honteux de la situation, mais ne s'empêcha pourtant pas de vouloir me montrer cette fameuse vidéo. Prenant plutôt ça comme une manière de s'approcher un peu plus de moi, je le regardais le regard amusé et acquiesçait à sa requête. « Comme si j'allais dire non à une occasion de pouvoir te voir te ridiculiser … belle approche cependant » S'approchant de moi pour venir s'installer tout prêt, je ne pus m'empêcher de reconnaitre l'odeur de son parfum si agréable et envoûtante, avant même de laissais mon regard se diriger vers son téléphone portable où il venait de mettre la vidéo en marche. Rien que le fait de le sentir tout près de moi, de sentir son souffle se poser sur ma peau, me fit l'effet d'une bombe, un véritable chamboulement qui me valut le parcours d'un frisson sur mon corps tout entier. Essayant malgré tout de me concentrer uniquement sur la vidéo, j'essayais de laisser échapper quelques rires ici et là, alors que mes véritables intentions auraient plutôt étaient de me jeter à son cou et de lui voler un baiser voir même plus … Sentant alors son regard portée sur moi, je me retournais vers lui et à son compliment je ne trouvais rien de mieux que de lui offrir un sourire amusée, ne sachant pas trop quoi lui répondre. Peut-être qu'un simple merci aurait suffit, peut-être qu'un compliment en retour aurait été de mise, mais contrairement aux autres je n'agissais pas toujours de manière censée, du moins censée dans l'opinion publique. Faisant diversion en attrapant son portable, j'en profitais pour naviguer dans les divers menus avant de tomber sur son répertoire. Tout en essayant de chercher mon nom, j'essayais de garder le portable entre mes mains, puisqu'il essayait maintenant de me le reprendre. Nous chamaillant tels deux adolescents en pleine phase de séduction, je lui avouais enfin pourquoi je désirais tant jetais un coup d'oeil dans son téléphone. « Quoi ?! tu aurais quelque chose à me cacher ? l'existence d'une femme ? d'enfants ? … ou bien peut-être de dossiers super secrets concernant certains de tes clients … » Riant légèrement à mes mots, je m'arrêtais soudain net, restant immobile et muette le regard perdu dans le vide. Je venais de me rendre compte de ma bêtise … et s'il s'avérait être un homme marié ? fiancé ? s'il s'avérait être père d'enfants ? comment avais-je pu coucher avec lui sans même me poser toutes ses questions. Essayant malgré tout de rester de marbre, reprenant mes esprits, je le regardais soudain le regard plus sérieux et curieux. « Je cherchais seulement à voir comment tu m'avais nommé dans ton répertoire … pas de grandes surprise à vrai dire … Sutton Leah Whitehorse - Stagiaire … on pourrait presque croire que c'est Jenny ta stagiaire qui a rentré mon contact dans ton téléphone … » ou bien peut-être était-ce un moyen de cacher à sa femme mon identité d'amante ? oh mon dieu et si j'étais l'une de ses femmes avec qui les hommes trompaient leurs copines … non ! jamais je ne serais l'une de ses filles là ! Attrapant sans même penser aux conséquences sa main gauche, je fus soulagé de ne voir aucune alliance, ni même marque supposant l'existence de bague à cet endroit là. Laissant alors échapper mon soulagement par un soupire, je me rapprochais alors dangereusement de mon partenaire « J'ai un instant eu peur d'être l'une de ses filles stupides et naïves qui croient qu'en couchant avec leur patron elles remplaceraient et prendraient la place du véritable amour de celui-ci … non pas que j'en aurai eu l'envie, mais dans les faits cela aurait pu être ainsi sous-entendu … » lui susurrais-je au creux de l'oreille. Soulagée et peut-être un peu même trop, je laissais alors mon corps agir sans même le contrôler et c'est ainsi que l'une de mes mains vint à se poser sur ce torse viril et musclé que j'avais tant apprécié. Entrant alors à nouveau dans un rôle en sa présence, je prenais le risque de me perdre à mon propre jeu avant d'enchainer. « Tu as déjà pris du plaisir dans un lieu tel que celui-ci ? dans un lieu public ? … plus j'y pense et plus je me dis que ça pourrait être excitant ? … je plaisante bien entendu ! » ou pas. Secrètement je n'aurais pas refusé de m'abandonner dans ses bras ici ou ailleurs, mais après mûre réflexion je savais que ce n'était pas la meilleure des solutions. Que m'arrivait-il en plus de l'attraction évidente que je ressentais à son égard, maintenant je me posais tout un tas de questions, du genre et s'il y avait une chance qu'on débute une histoire tous les deux, où cela nous mènerait ? après tout j'étais un peu plus jeune que lui et pourtant en sa présence je me sentais à la hauteur de toutes ses exigences intellectuels ou autres. Autant de questions que j'avais l'habitude de me poser lorsqu'un garçon me plaisait et ceux plus que physiquement seulement. Ressentir des sentiments pour lui ? non impossible ! du moins je n'allais pas m'autoriser à le faire. Quittant son regard troublant, je reprenais place face à mon café dont je bus une gorgée tout en restant immobile, tout en laissant entendre dans un chuchotement à la base censé me convaincre. « Sutton ! Agir c'est être faible ! arrête tes bêtises maintenant ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN. true colors who i am?

pseudo : knight. messages : 107 avatar : Henry Cavill. crédits : Shyia inscrit depuis le : 16/10/2011
âge : 25 ans. occupation : Avocat et sapeur pompier volontaire. statut : célibataire.
« A l’amour, à la vie. Au soleil et aux filles. Je veux lever mon verre, allez, viens voir mon frère. C’est pas que le paradis n’a pas tout pour nous plaire. Mais j’ai plus chaud en enfer, entouré de mes amis. »

MessageSujet: Re: Sutton & Hunter; i'm not a vilain.   Mar 22 Nov 2011 - 21:42


« être ou ne pas être. telle est la question. »
sutton & hunter.

« Ma belle ... C'est ce qu'on appelle de l'humour. » Un petit sourire s'afficha au bout de mes lèvres. Je trouvais cette situation d'une banalité effrayante, j'ai horreur de ça. J'aurai voulu qu'on nous filme et qu'on se regarde après tout en rigolant de nos tête. On m'a toujours dit que les filles aimaient les mecs naturels et pas ceux qui se donnent un genre. En ce moment, je suis tout sauf naturel. Je suis ridicule et en plus, ma tête se plaint tout le temps. Je me plaints tout le temps. Jamais satisfait de mon travail, de ce que je fais, de ce que je suis, de ma vie ... Psychologique, je pourrais peut-être me faire aider. T'es fou Hunter !

« Démasqué. Nul. » Un petit rire discret sorti de ma bouche. Certes, ce n'était pas marrant. Est-ce que j'avais l'air du genre divorcé avec trois enfants pour qu'on vérifie mon passé ? Ce n'est pas mon genre, je ne suis pas vraiment fan des enfants. Je les aime bien mais à petite dose. Peut-être qu'avec l'âge, ça passera. Je l'espère ... Les femmes, elles sont du genre à vouloir des enfants. Ma mère était comme ça; elle vient d'une famille où elle peut compter sur 5 oncles et 6 tantes. Pour moi, cette partie de la famille est trop éloigné et je ne les ai jamais réellement connu. C'est peut-être génétique, peut-être que j'aurai pleins d'enfants aussi. « J'ai l'air si vieux ? » Je fis la moue. Je ne pensais pas qu'on pouvait me voir de cette façon. J'avais presque fait en sorte que ça n'arrive jamais. Et à l'instant, j'aurai voulu qu'elle me vole un baiser de réconfort; celui qui ment et qui te dit que ce n'est pas vrai ce qu'on raconte. Mais j'ai appris que ans la vie, on ne peut pas tout avoir. Même moi.

« Tu promets de ne pas rire si je te dis que c'est Jenny ? J'ai un peu de mal avec ce téléphone et elle m'a donné un coup de main. Rends le moi, je vais corriger cette erreur. » D'un geste trop rapide, je lui ai repris mon téléphone. J'avais plus ou moins appris à le manipuler et j'ai pu changer le nom. J'ai ensuite pris une photo d'elle; rien n'est plus beau que la photo d'une personne dans la position la plus naturel. « 'Sutton ♥' Ça te convient ? » J'ai mordu ma lèvre et je l'ai regardé; J'avais 'impression de regarder ma copine et c'est pour cela que je me suis rapidement ressaisis.

« Tu es bien plus qu'une de ces pauvres filles. » Il n'était plus question de flatter un égo. Toute fille mérite un meilleur sort que celui décrit par Sutton. J'aime les filles, mais je ne vais jamais chercher chez les femmes mariées. Disons très rarement mais de toutes façons, les deux seuls avec qui c'est arrivé se sont rendu compte de la fragilité de leur mariage et elles y ont mis fin. J'ai fait de mauvaises choses et en fin de compte, ça a conduit à leur épanouissement. Je suis fier mais je n'ai pas non plus le droit de l'être à longueur de journée. « Pourquoi ton regard montre-il le contraire ? Bref, je pensais que tu me connaissais ... J'ai pris plaisir dans des endroits encore plus insolite que les toilettes de ce café. Tentant, non ? » Et mon sourire se fit grand. Nous ne jouons plus mais c'est tout comme. Je fus envahi par une telle passion que résister devenait un réel effort physique. J'étais affaibli, affaibli par mes propres sentiments, mes propres envies. Il fallait admettre que Sutton est la fille dont on rêve. Elle avait beau être plus jeune que moi, elle répondait à toutes mes attentes. C'est comme si nous étions né le même jour, à la même date. Une relation fusionnel, deux personnes qui sont destiné l'un à l'autre. " Mais tu t'entends Hunter ? T'es ridicule mon vieux. Tu n'es pas amoureux ! " Et mon cœur répond tait toi; cette simple phrase qui en dit long. Mon cœur ou ma tête ? Qui est le plus apte à répondre à mes propres attentes ? Affaire à suivre.

« Je croyais qu'on en avait déjà discuté. Et tu as vu où ça nous a mené la dernière fois. Aurais-tu ... » Sutton n'a pas dû s'attendre à ce que je l'entende. Un blanc s'était installé entre nous il y a quelques secondes à peine tandis que je l'entendais murmurer cette phrase que j'entendais souvent. Je l'ai regardé droit dans les yeux. On a dû avoir la même idée lorsqu'on s'est levé tous les deux pour discrètement se diriger vers les toilettes des filles. Dès que nous sommes rentrés, j'ai fermé la porte derrière nous. Je n'ai aucunes idées de ce que je dois faire, de ce que j'ai le droit de faire. Je me suis doucement approché d'elle et elle se recula en même temps de sorte à ce que son dos soit collé au mur. « Merde ! Mais qu'est-ce que je fou ? » Et je l'ai embrassé. Simplement embrassé tout en lui caressant le bras. J'étais officiellement à ses pieds et je me faisais royalement pitié.


__________________

    LOVE IS A MYSTERY.
    Et le cocher, un moucheron de petite taille, au manteau gris, qui n’est pas la moitié du petit ver rond que l’on extrait du doigt des filles flemmardes. Voici dans quelle pompe elle va nuit après nuit au galop dans la tête des amoureux, et alors ils rêvent d’amour, sur les genoux des courtisans, qui rêvent aussitôt de courbettes, sur les doigts des hommes de loi, qui rêvent aussitôt d’honoraires, sur les lèvres des dames, qui rêvent aussitôt de baisers, mais que Mab irritée afflige souvent de cloques, car leur haleine empeste les sucreries. Parfois elle galope sur les narines d’un courtisan et il rêve qu’il flaire une bonne place à briguer. R&J ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sutton & Hunter; i'm not a vilain.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sutton & Hunter; i'm not a vilain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La curiosité est un vilain défaut ! [Livre 1 - Terminé]
» A hunter ... a bear
» La curiosité est un vilain défaut [Nicolas de Ruzé]
» La curiosité est-elle un vilain défaut ?
» La curiosité est un vilain défaut (Zelda)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BEFORE THE WORST :: REGRETS & MISTAKES. :: Corbeille-

un clic toutes les deux heures pour faire vivre le forum ♥.
membre du mois
JAYDEN S. MILSON
MEILLEUR POSTEUR & merci pour son design magnifique ♥
de novembre